Rassemblés autour d’un nom prestigieux  : Montréal Association  Des Montréal de France et d’Europe
Accueil À propos de nous Montreal la Cluse Montréal ardêche Montréal de l'Aude Montréal les Sources Montréal du Gers Montréal de l'Yonne Monreal Eifel l'association  nous contacter

Association créée en 1966

Siège social : Mairie de Montréal de l’Aude

Montréal les Sources

Les eaux :

Le qualificatif « les Sources » au nom du village est assez parlant. En effet suite à la demande de l’Administration de qualifier les villages portant le même nom, les élus de l’époque optèrent pour « les sources » confirmant ainsi la présence de nombreuses » fonts » sur la commune.

Les différentes fermes ou résidences secondaires du lieu sont toutes alimentées par des sources plus ou moins pérennes(8). La commune est propriétaire de deux sources dont l’une dite des « Nayses » a un débit plus que confortable. Avant son captage dans les années 1950 elle était visitée comme curiosité locale.

Les excédents d’eau alimentent généreusement les fontaines du village faisant le bonheur des visiteurs et des amateurs de plus en plus nombreux qui y puisent leurs provisions de la semaine. Le trop plein de la source continue de se déverser dans un ruisseau alimentant le Saint Jullien puis le Merderie et ensuite l’Eygues

La Flore :

La flore locale du type méditerranéen est très variée. Les différences d’altitude de 400 mètres à 1300 mètres favorisent la présence de nombreuses espèces ( plus de .230 répertoriées par le conservatoire de Gap Charance). Un inventaire ainsi qu’un support de photographies sera à la disposition des visiteurs dans la maison de la Nature ouverte depuis 2014

La faune :

Les différents milieux du territoire, milieux  ouverts, de rochers, de forêts et aquatiques favorisent la présence de nombreuses espèces. Oiseaux plus de 77 espèces, les mammifères (chamois, chevreuil, lièvre, sanglier, blaireau, chauves souris, reptiles (couleuvres de différentes espèces, vipères, vipères aspic, lézards).

 Amphibiens  grenouilles et crapauds divers, salamandres. Libellules trois sortes répertoriées, Papillons nombreux à inventorier


La chasse :

Suite à la promulgation de la loi Verdeille une ACCA a été créée sur le territoire de la commune en 1970.

La pression de chasse est faible en dehors de la chasse aux sangliers et aux chevreuils soumis au plan de chasse.


Natura 2000 :

Une petite partie de notre territoire est concernée par Natura 2000 directive Oiseaux. Le sommet de la montagne de Bramard est classé en site Natura  2000.  Le document d’objectif est en cours de réalisation il concerne une grande partie de la vallée de l’Eygues.


Vautours :

 Notre environnement est fréquenté par les vautours  fauves qui ont fait l’objet d’une réintroduction et dont les résultats sont plus que prometteurs. Quelques vautours moines nichent sur notre territoire.


Grands Rapaces :

Un couple d’aigles royaux est parfois visible dans notre ciel. Certains arrivent à nicher sur place.

L’Elevage et le Pastoralisme :


Après les années 1960 l’élevage familial a complètement disparu. En effet avant cette  époque  chaque famille possédait en dehors de la basse-cour et des lapins un petit troupeau de moutons et de chèvres.

Les agneaux étaient vendus lors des foires et des marchés sur Sahune ou Nyons. Le lait des chèvres était transformé en fromage (tomme et picodon) également vendu auprès de négociants régionaux.

Afin de pallier au problème de fermeture du milieu, la commune a engagé depuis quelques années une politique de mise à disposition de pâturages aujourd’hui abandonnés à des éleveurs extérieurs.


L’agriculture :


Avant les années 1960 l’agriculture était une agriculture familiale permettant une vie en autarcie. Les excédents de production ou de l’élevage étaient vendus ou échangés sur les places des marchés régionaux.

Après cette époque et le gros glissement de terrain qui emporta une grosse partie des bonnes terres de Montréal, l’agriculture locale s’adapta aux nouvelles demandes des places de consommation. Les plantations d’abricotiers, de cerisiers voire de pruniers datent de cette période. Devant les demandes grandissantes beaucoup de  terres à fourrage furent également plantées plus récemment  de mêmes variétés et de  variétés spécifiques répondant  aux exigences de la grande distribution (couleur, odeur, mais pas forcement gouteux).


Pour plus d’infos sur Montréal les Sources


activités